17/01/2006

Me Myself and I (MoiMavieMonoeuvre), le résultat...

Fière descendante de pêcheurs d'Islande, Terre-Neuvas et Cap-Horniers mais aussi universitaire française, ancienne élève du philosophe Roger Laporte et de l’écrivain américain Ronald Sukenick, Edith Soonckindt a exercé 101 métiers (au moins) et vécu en France, aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne, aux Pays-Bas et à présent en Belgique. Posée à Bruxelles depuis 11 ans, elle y travaille pour l’édition parisienne et l’audiovisuel belge, après 10 autres années comme chargée de cours dans l’enseignement supérieur en France et à l’étranger. Lauréate ’91 du Concours de Nouvelles de RFI, elle est également l’auteur d’un roman (Le Bûcher des anges, Ed. Hors Commerce, Paris, un des Grands Prix d’Automne 2002 de la SGDL, Paris), d’un guide de voyage, de 11 albums jeunesse (dont Au Pays des rois, Nathan, traduit en italien et coréen, et Les Escalators, j’adore ! Hachette, sélectionné pour le Prix des Incorruptibles 2003), ainsi que d’une vingtaine de traductions de l’anglais dont Le Garçon Boucher, Ecarts de conduite, Un Eté vénéneux, La Cachette (sélectionné en 2002 pour le Prix Amédée Pichot, Arles), et aussi La Nostalgie de l’ange et Les Cinq personnes que j’ai rencontrées là-haut, deux best-sellers de ces dernières années.Son travail lui a également valu bourses d'encouragement et crédits de traduction du CNL, ainsi que bourses de résidences (CITL, Arles, Monastère de Saorge, Academia Belgica, Rome). Elle a beau adorer dormir et musarder, elle a tout de même dans ses cartons 5 manuscrits plus littéraires et 2 témoignages - un sur le non désir d’enfant, un autre sur le harcèlement moral - et prépare également un court métrage, une pièce de théâtre, un recueil de contes oniriques pour enfants ainsi qu'un nouveau roman...

21:39 Écrit par edith soonckindt | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

toi toi toi très chouette ton site, Edith, que je n'ai hélas pu que survoler ; mais dis-moi, le harcèlement moral, c'est quoi ?

Écrit par : Benoît | 02/02/2006

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.